chapitre 2

La vie continua son court tantôt serin, tantôt triste. De temps en temps elle sortait le sifflet de sa boite à bijoux pour le contempler, elle pensait aussi qu’un jour se sera son histoire à elle qu’il gardera dans sa mémoire, une histoire bien banale et monotone se dit-elle.

La jeune fille venait d’une famille de six enfants, elle n’était ni l’aînée ni la dernière, elle avait la place inconfortable de tous ceux qui naissent au milieu, après l’aînée et avant le dernier. Le statut social de sa famille était aussi inconfortable que son rang de naissance, ils étaient considérés par beaucoup de gens comme étant riche mais la réalité était tout autre, il n’était ni vraiment riche ni vraiment pauvre. Ils habitaient une grande maison avec un grand jardin chacun avait sa propre chambre, ils avaient été tout mis dans des écoles privées jusqu’au collège, mais leur vie de tous les jours se déroulaient bien modestement, je dirais même aussi modestement que n’importe quelle famille qui a des revenus bien moyens.

Ce que sa mémoire d’enfant avait gardé de cette période de son enfance c’était des poupées chauves et nues chaque année c’était pareil jusqu’à ce qu’elle en ait eu marre et alors avec beaucoup de larmes et peu de conviction elle demanda, pria et supplia pour avoir une poupée avec des cheveux, et finalement elle eut gain de cause. Le jour mémorable de sa première poupée avec des cheveux restera à jamais gravée dans les mémoires, ce fut une belle poupée bien que très petite mais belle avec des cheveux noirs très longs bien que très parsemés sur son crâne mais c’était des cheveux elle se dit qu’elle n’allait tout de même pas faire la difficile, surtout que cette fois la poupée était habillée bien que ce soit une minijupe et un petit haut en plastique damassés rouge et blanc ce n’était pas grave, elle s’en accommoderait.

Mais dont elle n’oublierait jamais c’est qu’on voulant enlever l’emballage en plastique transparent le peu de cheveux très long et très noirs que la petite poupée avait resta collée à l’emballage et elle se retrouva encore une fois avec une poupée chauve. Ce fut la fin des poupées et la fin des espoirs et des rêves d’enfance.

Sa mémoire aussi gardait le souvenir d’habits toujours plus grands et plus larges pour elle. Elle n’avait presque jamais eu d’habits neufs bien à elle et bien à sa taille, elle avait toujours hérité des habits de sa sœur aînée qui étaient toujours plus grands pour elle. Même dans de rares occasions quand on lui achetait des habits neufs à elle ou à ses sœurs ils étaient toujours plus grands, la raison avancée était de « pour pouvoir grandir dans ces habits  » mais ce qui était bizarre et surtout frustrant c’est qu’on ne grandissait jamais assez vite et les habits restaient toujours trop grand et même en passant à la suivante encore plus petite ils restaient toujours trop grand et ainsi de suite jusqu’à ce qu’ils soient donnés à d’autres familles encore plus pauvres pour des enfants encore plus petits avec des habits encore et toujours plus grands.

Ce temps-ci était révolu, aujourd’hui la jeune fille travaille et elle peut s’offrir tous ce dont elle veut. Elle n’a pas encore acheté la poupée avec de beaux et longs cheveux noirs, mais elle continue à y rêver, mais bizarrement, bien que l’envie soit toujours présente, le plaisir n’y est plus. Elle était assez mature pour savoir que cet achat ne lui procurerait aucune satisfaction mais elle se dit que peut être le jour ou elle aura une enfant elle pourrait alors acheter la poupée tant convoitée et éprouver ce plaisir perdu.

Commentaires:

Laisser un commentaire

«